Au  sein  de  nos  sociétés  contemporaines,  si  les  générations  les  plus  jeunes  et  les  plus âgées coexistent, elles ont néanmoins rarement l’occasion de se rapprocher et d’échanger. Face au constat de cette ségrégation sociale voire spatiale, notre Fédération a souhaité développer un nouveau parcours intitulé « La valeur des anciens » pour aborder avec les élèves la question des liens intergénérationnels, un sujet essentiel qui interroge nos rapports sociaux actuels.

Pour commencer à traiter cette question des liens entre les générations, nous avons proposé aux classes de CP et CE1 inscrites sur l’action de découvrir le nouveau spectacle de la compagnie AMK intitulé « L’île aux vers de terre ». La pièce mise en scène par Cécile Fraysse raconte l’histoire d’une grand-mère et de son petit-fils Nanouk, isolés sur une île un peu spéciale, puisqu’elle est peuplée de vers de terre. Cette île, énorme forme émergeant de la mer, présente la particularité d’être habitée par des êtres longilignes, des vers de terre qui en labourent les entrailles. En harmonie avec ces étranges créatures, le petit garçon et sa grand-mère vivent paisiblement au rythme imposé par ces vers de terre qui régénèrent l’île. L’enfant et son aïeule évoluent ensemble, en osmose avec cette île sur le rythme de laquelle ils se sont calés.

 

L’histoire est présentée sur un temps long ; les saisons se succèdent tandis que le petit garçon change peu à peu sous l’influence de sa grand-mère. Articulée en une succession de tableaux autonomes, L’île aux vers de terre questionne le cycle de la vie et explore la puissance des échanges entre ces deux générations ainsi que l’amour filial.

Ce spectacle a invité les élèves à aborder la question de leurs liens avec les anciens qui, ici se construisent dans un environnement clôt poétique, en harmonie avec la nature.  Dans le contexte de cette île où vivre s’apparente à un retour aux fondamentaux, les valeurs des uns et des autres sont apparus dans une vérité dépourvue d’artifice.