Faire vivre la laïcité et l’égalité

CONCOURS NATIONAL « LA FLAMME DE L’ÉGALITÉ »

GRATUIT – Niveaux élémentaire, collège, lycée – SEPTEMBRE 2020 À FÉVRIER 2021

Les ministères de l’Éducation nationale et des Outre-mer ont lancé en 2015 avec le Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CNMHE) la première édition d’un concours inédit. « La Flamme de l’égalité » fait le jour sur un passé douloureux longtemps occulté, rend hommage aux victimes de l’esclavage et de la traite, permet d’en mesurer les effets plus ou moins directs dans nos sociétés contemporaines et conforte la construction d’une mémoire collective autour de valeurs partagées.

Grâce au soutien additionnel de la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH), la Ligue de Paris est fière d’assurer à nouveau pour la troisième année consécutive la gestion du dispositif. Nous invitons toutes les classes parisiennes, du CP à la Terminale, à prendre part à ce concours qui s’inscrit dans la droite lignée de la loi dite « Taubira » de mai 2001, reconnaissant l’esclavage comme crime contre l’humanité.

1. Thématique « Esclavage et traites : des crimes contre l’humanité »

Le 10 mai 2001 était adoptée au Parlement la loi Taubira tendant à la reconnaissance des traites et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. À l’occasion du 20ème anniversaire de cette loi en mai 2021, le thème annuel du concours s’intitule : « Esclavage et traites, des crimes contre l’humanité ».

La notion de « crime contre l’humanité » amène à s’interroger avec les élèves sur ce qu’a recouvert et ce que recouvre aujourd’hui le terme même d’humanité, en quoi les traites et l’esclavage en sont une négation, et comment le crime d’esclavage s’inscrit dans l’histoire des crimes de masse. Posée pour la première fois en 1945 par le statut du Tribunal militaire international de Nuremberg, la définition juridique de « crime contre l’humanité » est déclinée en 1998 par le Statut de Rome de la Cour pénale internationale dans son article 7. Trois axes de cette définition caractérisent les crimes des traites et de l’esclavage :

– la réduction en esclavage et la privation de liberté physique ;
– la déportation ou le transfert forcé de population ;
– les actes inhumains causant de grandes souffrances ou atteintes graves à la santé physique et mentale.

Le projet de classe devra s’inscrire dans l’un de ces trois axes de la thématique.

2. Calendrier

Le règlement officiel et les formulaires de candidature sont téléchargeables sur le site dédié au concours, par simple préinscription. Les participants ont jusqu’au 10 mars 2021 pour déposer leur dossier sur le site. Une première sélection a lieu au niveau académique, puis un jury national examine les candidatures retenues. Le palmarès du concours est publié courant avril et les représentant-e-s des lauréats sont invité-e-s à Paris à l’occasion de la cérémonie du 10 mai, Journée nationale des Mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions.

3. Format

Qu’il s’agisse du cadre de réalisation du projet (équipe pluridisciplinaire, intervenant-e-s extérieur-e-s, projet inter-établissements…), de sa nature (production écrite, réalisation audiovisuelle, performance scénique…) ou de son support de présentation (film descriptif, dossier de présentation, diaporama animé…), la démarche entreprise reste libre et ouverte. Attention toutefois à respecter les contraintes de format afférentes à la dématérialisation du dispositif (voir le règlement).

POUR EN SAVOIR PLUS

Pour tout connaître sur le concours « La Flamme de l’égalité », savoir comment y participer et bénéficier de ressources riches et variées, rendez-vous sur le site dédié www.laflammedelegalite.org ou contactez-nous :
flammedelegalite@ligueparis.org : 01 80 05 33 30